Ca devrait être hyper fastoche (je pense)
(et là j'ai bien découpé)
(je pense)

Bon ben c'était "What shall we do now ?" des Pink Floyd, le morceau qui vient juste après empty spaces dans The Wall.
(me disez pas que vous connaissez ps the wall heing...)

youtube.com/watch?v=CS_FCbQ-ok

Le morceau commence avec le visage qui sort du mur (l'affiche du film) et se termine avec le marteau qui sort de terre.

Show thread

En parlant de The Wall.. c'est un peu l'album du top désabusement à titre personnel.
Je l'ai écouté et surtout maté des dizaines de fois quand j'étais ad(o/u)lescent... j'y voyais une dénonciation existentialiste de la société de consommation. Ce morceau-là, super marquant avec ses "shall we buy a new guitar ? shall we drive a more powerfull car ?"

Show thread

.. pour moi il remplissait son mur (allégorie existentialiste par excellence) (et d'ailleurs Sartre a écrit un bouquin qui s'appelle "Le Mur") avec des merdouilles capitalistes inutiles.

Show thread

Et que même tout ça conduit à une dérive fasciste (la partie "montée du fascisme" est quand même bien terrifiante dans l'album). Bref ça se tenait.

Show thread
Follow

Sauf que, en fait, ben The Wall c'est rien que les pleurnicheries sexistes de Roger Waters qui en veut à toutes les meufs. Sa mère, sa copine, même les profs qui maltraitent les élèves (the wall part 2, le morceau le plus connu) s'ils le font c'est à cause de leurs femmes qui les martyrisent à la maison (ouin ouin).

· · Web · 1 · 0 · 0

L'animation de empty space dans le film, c'est flagrant. Faut juste penser à la regarder en se demandant quel est le message (et pas juste voir des images violentes d'un couple qui se déchire.. parce que à la fin ben c'est la meuf qui fait qu'une bouchée du pauvre garçon).

Bref. Brawo le féminisme qui réduit en poussière mes illusions adolescentes 😂

Show thread

@abFab je serais moins féroce que toi. Oui, il y a un aspect très misogyne dans une partie du discours. Il y a aussi un aspect très personnel, pour moi The Wall est le premier album solo de Waters, il parle de ses névroses, la mort de son père, le rapport compliqué au public.
Mais à travers cette histoire personnelle et malgré sa misogynie, il arrive aussi à toucher à l’universel. The Wall pourrait exister débarrassé du versant misogyne.

@clochix Ah ça je ne nie pas que c'est un album personnel, beaucoup plus que je ne l'avais perçu : les allusions à la guerre, à la drogue, au fascisme, au système scolaire... en fait il en construit pas grand chose finalement si ce n'est que ça alimente ses névroses. Du coup j'ai un peu l'impression d'avoir été trompé sur la marchandise :o)))

Après franchement si tu enlèves tous les trucs misogynes, il reste pas bezef (il ya la guerre, qui a priori n'a pas été provoquées par les femmes)

@abFab personnel à portée universelle. The Wall a été un grand choc dans ma vie. Esthétiquement d’abord, indépendamment du message. Quand au message, on n’est pas obligé de le lire sous le prisme des intentions de Waters.
Certes le prof est sadique à cause de sa femme, mais si on fait abstraction de cet aspect, indigne mais secondaire dans la scène, ça reste une dénonciation d’une certaine forme de formatage par l’éducation.

@abFab le risque de dérive fasciste de tout mouvement de masse est aussi bien mis en scène, indépendamment de toute misogynie (tiens, je le rapproche du film La vague).
Le souci de communication, la tentation de construire un mur… Pink le raconte au travers de sa propre expérience, mais la façon dont il le met en scène transcende un cas individuel. Enfin selon moi.
Non, mes prises en conscience gauchistes m’ont fait brûler beaucoup de choses, mais The Wall, je ne garde ;-)

@clochix Ah mais je comprends... j'ai maté la vhs des dizaines de fois, mais je pense que j'ai du avaler un plus gros morceau de la pilule rouge que toi ;o))

En ce qui concerne la dérive fasciste, au final en fait pas grand chose. Il se réveille "à mon dieu je suis fasciste, il faut que cela cesse".
Ironie de l'histoire de l'histoire ses deux marteaux sont devenus l'emblème des hammerskins (ce qui donne un petit côté malaisant au mega show live in berlin).
4.bp.blogspot.com/-rBlznhxiJj0

@clochix Ah oui clairement en ce qui concerne le système scolaire. Et le morceau isolé est génial... sauf que dans la continuité de l'histoire, il fout pas le feu à l'école, il le rève, et finalement s'il est comme ça c'est (aussi) à cause du système. Say la fote du systayme ... Pink subit. Tout au long de The Wall il subit.
Et quand il s'énerve c'est pour dévaster sa chambre d'hotel en cherchant un peu à péter la gueule à la meuf quand même...

@abFab @clochix juste où non dans the Wall à 25 ans, ce qu'on peut reconnaître à Waters sur le même registre est son soutien à Assange à 70 balais. Et ça je pense que ca donne des indications sur la profondeur et la sincérité de sa pensée
Sign in to participate in the conversation
Mastodon

The social network of the future: No ads, no corporate surveillance, ethical design, and decentralization! Own your data with Mastodon!